Un an avant l'invasion d'Irak, je suis allée voir ce pays où je n'ai jamais été. Sachant qu'il allait subir encore une guerre, je voulais aller à la rencontre des gens, savoir comment ils voyaient cette situation (et non pas comment les Américains supposaient qu'ils la voyaient...). J'avais envie de comprendre comment ils ont survécu à l'embargo, dans quoi ils puisaient leurs forces, où ils voyaient la beauté dont ils parlaient tant. Lorsque les Etats-Unis ont envahi le pays en 2003, la présence des soldats américains m'a remplie de colère. J'ai grandi aux Etats-Unis. Je connaissais ce genre de gars à l'école. Ils sautaient les cours d'histoire et souvent quittaient l'école avant d'avoir reçu leur diplôme. Et c'était eux qui décidaient de la vie et la mort d'un peuple dont ils ne savaient presque rien et que l'armée leur a appris à haïr. Plus le pays s'enlisait dans la guerre, plus les histoires tristes et horribles de mes amis irakiens me parvenaient. Et plus j'entendais des histoires tout aussi horribles vécues par les soldats américains. Eux aussi ont été brisés. Leur sens moral souffrait. J'ai décidé d'aller à leur rencontre, de me raconter leurs histoires et de me dire comment ils voyaient les Irakiens. J’ai découvert de jeunes hommes qui ont cru aux discours sur l’ennemi, qui croyaient bien faire et qui, du haut de leurs 18 ans, chargés de désirs de vengeance et de justice post-11 septembre, étaient partis pour se retrouver face à des gens ordinaires comme eux.

G.I. Joe et Âmes en uniforme sont deux documentaires que j'ai faits avec des vétérans de la guerre d'Irak - un Américain, Joe, qui s'est battu dans l'armée américaine contre les Irakiens, et Hussein qui s'est battu dans l'armée irakienne contre les Américains. 

Created by Catherine Montondo with Wix.com